RPG CORP

[FORUM FERME] Ici, tout prend vie... Les personnages, leurs univers, leurs histoires.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Renaissance [OUVERT]

Aller en bas 
AuteurMessage
Victoire Alice Turennes



Messages : 1
Date d'inscription : 04/02/2018

MessageSujet: Renaissance [OUVERT]   Mar 6 Fév - 0:37

[HRP : Ce rp se déroule trois mois plus tôt.]

La soirée avait commencé normalement. Le client était arrivé à l'heure, pour une fois. Elle, elle s'en fichait, les clients réservaient en général une heure, et pas de dépassement possible. Enfin, celui-là était à l'heure. Il était grand et costaux, un peu bourru d'après elle. Viktya n'avait pas de type -cela n'avait pas vraiment de sens, avec son métier-, mais elle n'était pas fan de ce genre d'hommes. Enfin, elle ravala toute pensée et avis, et lui sourit en l'accueillant dans la chambre qui avait louée à l'avance.

Le reste de l'heure fut assez flou. Il avait réservé toute la nuit, et le temps passa d'une façon étrange.  C'était toujours un peu la même chose, les mêmes actions, les mêmes gestes insipides, les mêmes émotions jouées, les mêmes mots répétés. Elle en était détachée, s'éloignant de tout ça le temps que la nuit passe, et que ce soit terminé. Quand elle faisait ça, tout allait mieux. Son corps bougeait par automatisme, sans que personne ne soit aux commandes. L'homme, malgré son apparence, était presque doux dans ses gestes, lui facilitant le travail.

Elle ignorait combien de temps tout ça dura. Il était peut-être trois ou quatre heures du matin. Elle roula sur le lit, retenant une grimace alors que ses muscles commençaient à la tirailler, la fatigue s'accumulant peu à peu. L'homme semblait aussi faire une pause, aussi elle approfondit sa respiration, tâchant d'amener l'oxygène à ses muscles, les yeux clos juste un instant. Quelques moments plus tard, elle le sentit se redresser et se mettre sur elle. C'était reparti. Elle prit une douce inspiration et rouvrit les yeux.

Le premier coup la surprit. Le deuxième fit crier la douleur dans son crâne.

Elle se débattit tout de suite, voulant hurler à l'aider, mais le coup suivant l'arrêta dans son élan, la sonnant quelques instants. Elle sentait un goût métallique dans sa bouche, avant que celle-ci ne soit ouverte de forte, pour y rentrer une boule de tissu, si fort qu'elle crut étouffer. Elle essaya de le griffer, de le pousser, de le frapper, de lui arracher les yeux, de l'arrêter, mais elle arrivait à peine à sentir son environnement, le lit dans son dos, l'homme sur elle, les sons résonnant dans sa tête comme dans une église. Le monde était flou, le monde était douloureux, le monde était cruel et se riait d'elle alors que les coups pleuvaient sur son torse, ses bras et sa tête, qu'il maintenait ce bâillon dans sa gorge.

Le vingtième coup lui fit perdre conscience. Elle en fut presque heureuse.

Son corps était lourd. Elle se demanda si elle avait rêvé, puis la douleur la reprit à la gorge, mettant le feu à chaque nerfs de son corps. Mais ça ne dura qu'un instant. Durant cet instant, elle sut que son corps était couverts de meurtrissures, que ses côtes étaient cassées ou fêlées, qu'elle avait sûrement quelques dents délogées, que son visage n'avait plus grand chose d'humain, et qu'elle avait été violée plusieurs fois.

Et tout partit. Elle se sentait flotter, doucement. Ses vêtements collaient à sa peau à certains endroits, et semblaient flotter comme elle à d'autres. Elle se sentait légère, nuageuse. Mais elle était gelée. Elle avait soif, très soif. Ses paupières étaient si lourdes, ses yeux la brûlaient. Quelque chose coulait le long de son cou. De l'eau ?


Elle respirait trop fort et trop vite.

Son cœur battait trop fort et trop vite.

Bom-bom-bom-bom-bom-bom-bom-bom...

Elle était fatiguée.

Elle entrouvrit les yeux.

Elle était dans la baignoire de la chambre.

Elle n'avait jamais vu son corps si pâle.

L'eau était rouge.

Il n'y avait aucun bruit.

Elle était épuisée.


La coupure était fine et toute petite, le long de son cou. Le débit plutôt lent. Elle saignait peut-être depuis longtemps. Ou alors elle n'avait quasiment plus de sang ?


Elle avait peut-être une chance.

Appuie sur la blessure.

Appuie sur la blessure, Viktya.

Appuie,Viktya.

Viktya !



Elle essaya de soulever son bras, mais il ne bougea pas, flottant dans l'eau. Un sanglot lui échappa, elle essaya à nouveau. Elle ne voulait pas finir là, comme ça. Il l'attendait à la maison. Elle voulait encore faire tant de choses.


Son bras quitta l'eau.

Son corps tremblait sous le froid.

Et le monde s'éteignit de nouveau, alors que son bras retombait lourdement dans l'eau.

Son cœur finit par lâcher, tout s'arrêta...






...et tout repartit.

Un cri fendit la nuit, une voix qui criait à l'injustice, à l'aide, d'incompréhension, venant d'une jeune femme baignant encore dans son sang et qui respirait à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Renaissance [OUVERT]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pinfu ouvert
» Taverne des couche-tard/lève-tot (ouvert entre 2h30 et 6h)
» [Partenaire] Le nouveau JDR Bionicle a ouvert !
» [Guilde]-Friendship- recrutement ouvert + Fan site
» Free time [ouvert à ceux qui veulent]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG CORP :: Monde réel :: Londres :: Rues de Londres-
Sauter vers: